Boostez votre système immunitaire et obtenez par la suite une charge virale indétectable.

Effets indésirables des antirétroviraux pharmaceutiques

Nausées, diarrhée, perte d’appétit… tels sont les effets indésirables des trithérapies pharmaceutiques qui ont longtemps perturbé la vie des malades du sida. Même si les nouveaux antirétroviraux sont moins agressifs, pris à long terme, ils perturbent quand même l’organisme

QU’EST.CE QUE LE VIH. ?

Le VIH est le Virus de l’Immunodéficience Humaine

L’infection par le VIH est une infection qui se transmet d’une personne à l’autre.

Le VIH pénètre dans l’organisme et se multiplie. Il attaque les défenses immunitaires qui servent à nous protéger d’autres maladies. Le plus souvent, il n’y a pas de symptômes, pas de signes extérieurs de la présence du virus, mais on peut le transmettre à d’autres personnes3. Quand le VIH est entré dans l’organisme, on dit qu’on est séropositif.

conséquence vih

QU’EST.CE QUE LE SIDA ?

Au bout de quelques années, sans traitement, le VIH détruit toutes les défenses de l’organisme : des maladies se développent alors en profitant de la faiblesse du système immunitaire : ce sont les maladies opportunistes. C’est à ce moment-là qu’on est malade du sida. Aujourd’hui, les traitements permettent de bloquer l’évolution de l’infection vers le stade sida ; ils empêchent le VIH de se multiplier et d’attaquer les défenses immunitaires. Aujourd’hui, l’espérance de vie d’une personne séropositive dépistée très tôt, bien traitée et suivie, est très proche de celle d’une personne non contaminée (séronégative).

COMMENT PEUT SE TRANSMETTRE LE VIH ?

Le VIH peut se transmettre lors de rapports sexuels non protégés :

Pénétration du pénis dans le vagin ou l’anus. C’est la pratique qui comporte le risque le plus important, car les secrétions sexuelles du ou de la partenaire (sperme, liquide pré-séminal, secrétions vaginales ou rectales) sont en contact avec des muqueuses particulièrement fines : le gland, le vagin ou l’anus.

Sexe oral : cunnilingus, anulingus et fellation

La muqueuse de la bouche est moins fragile que celle de l’anus, du vagin ou du gland, les risques sont donc différents pour ces pratiques.

Le cunnilingus et l’anulingus ne comportent pas de risque de transmission du VIH ; par contre, des risques existent concernant les autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST). La fellation présente un risque faible de contamination par le VIH, mais c’est un mode de contamination important et fréquent pour d’autres IST (syphilis, infection à gonocoque, condylomes…).

La fellation comporte un risque de transmission du VIH dans certaines conditions :

  • en cas de sperme dans la bouche ;
  • en cas d’inflammation ou de plaies dans la bouche (gingivite, angine, soins dentaires récents, herpès…) ou sur le gland.

Le risque de contamination augmente :

  • quand on a plusieurs partenaires ;
  • si le partenaire séropositif ne reçoit pas de traitement.

Le VIH peut se transmettre quand on partage le matériel lié à l’usage de drogues

Partage ou réutilisation de matériels d’injection

Le risque d’être contaminé(e) par le VIH est important quand on partage ou on réutilise du matériel d’injection ayant déjà servi (seringue, aiguille, récipient, filtre, eau, tampons…). Du sang contaminé peut être resté sur le matériel et le VIH peut alors entrer dans l’organisme.

Partage ou réutilisation de la paille de « sniff » ou de la pipe à crack

Le risque d’être contaminé(e) par le VIH est possible en présence de plaies (dans le nez ou sur les lèvres) ou de sang sur le matériel. Si l’on partage ou réutilise ces matériels, le risque d’être contaminé(e) par le VIH, le virus de l’hépatite C ou de l’hépatite B est très important.

Le VIH peut se transmettre lors de l’accouchement et de l’allaitement

Si la mère est séropositive Le virus peut passer de la mère à l’enfant :

  • pendant la grossesse ;
  • pendant l’accouchement ;
  • par le lait maternel si elle allaite son bébé au sein.

Comment réduit-on le risque de transmission ?

Le VIH ne se transmet jamais comme ça !

  • Aucun risque de transmission par la salive, la sueur, les larmes ou l’urine.
  • Aucun risque à se toucher, s’embrasser, utiliser les mêmes objets quotidiens (téléphone, siège W-C, couverts, linge, etc.).
  • Aucun risque de transmission par les moustiques, puces et autres insectes, car le VIH ne peut pas survivre à l’intérieur de l’organisme des animaux.

QUEL EST L’INTÉRÊT ET LE BÉNÉFICE D’UN TEST DE DÉPISTAGE DU VIH ?

Pourquoi faire un test de dépistage du VIH ?

Faire un test de dépistage permet de savoir si l’on est (ou pas) porteur du virus. Si l’on est porteur, on peut bénéficier rapidement d’une prise en charge et d’un traitement efficaces. Les traitements actuels contre le VIH ne font pas disparaître le virus, mais ils permettent :

  • de bloquer l’évolution de l’infection vers le stade sida ;
  • de réduire le risque de transmettre le virus au(x) partenaire(s) ;
  • d’avoir un enfant avec un risque très faible de lui transmettre le VIH.

Aujourd’hui, l’espérance de vie d’une personne séropositive dépistée tôt, bien traitée et suivie, se rapproche de celle d’une personne non infectée

Quand faire un test de dépistage du VIH ?

Il est nécessaire de faire un test :

  • si vous voulez arrêter l’usage du préservatif dans votre couple ;
  • si vous voulez avoir un enfant ou si vous êtes déjà enceinte ;
  • si vous avez pris un risque (par exemple, rupture de préservatif ou pénétration sans préservatif avec quelqu’un dont vous ne connaissez pas le statut sérologique) ;
  • si votre médecin ou un professionnel de santé vous le propose ;
  • si vous voulez juste connaître votre statut sérologique.

Même si vous ne vivez aucune de ces situations, il est recommandé de faire un test de dépistage au moins une fois dans sa vie.

L’infection par le VIH peut être dépistée très tôt.

POURQUOI, QUAND ET COMMENT DÉBUTER UN TRAITEMENT NATUREL CONTRE LE VIH?

Un traitement adapté et bien pris par le patient bloque la multiplication du virus et baisse la charge virale (quantité de virus présent dans l’organisme) à un niveau dit « indétectable ».

Pourquoi ?

– Le traitement empêche l’évolution de l’infection vers le stade sida. Il augmente l’espérance de vie d’une personne séropositive, qui se rapproche alors de celle d’une personne non infectée.

– Il réduit très efficacement le risque pour une personne séropositive de transmettre le virus à son/ses partenaire(s). C’est ce qu’on appelle la prévention par les traitements naturels

– Il permet aux couples dont l’un des membres ou les deux est/sont séropositif(s) d’avoir un enfant qui ne sera pas