Donatien Mavoungou est un médecin, professeur et chercheur gabonais né le 28 août 1947 à Ndendé dans le département de la Dola (sud du Gabon) et mort assassiné le 4 février 2020 à Libreville (Gabon). Il est l’inventeur du DM28-IMMUNOREX sous sa forme naturelle pour la guérison totale et définitive du VIH SIDA et certaines maladies opportunistes.

Ce produit, le médicament DM28-IMMUNOREX contre le Sida et maladies opportunistes, très controversé, a fait l’objet d’une suspension de commercialisation à la suite de la publication par Science et Avenir d’un article le pointant comme un faux médicament, faisant l’objet d’un trafic entre la France et l’Afrique. Cette publication a été suivie par de nombreuses alertes, notamment par l’Onusida, qui ont conduit le ministère de la santé de la République démocratique du Congo à décider, le 19 janvier 2017, de suspendre temporairement l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du produit.

L’Immunorex est interdit dans de nombreux pays faute d’autorisation de mise sur le marché avec la complicité de plusieurs pays occidentaux.

Durant ces 10 dernières années, le Cabinet de recherches scientifiques et de médecine naturelle « PSAMGREEN » a été en partenariat très étroite avec les laboratoires du Dr Donatien Mavoungou basés à Libreville, Gabon et Kinshasa, RDC.

Par nos efforts consentis à tirer profils des recherches du Dr Mavoungou, nous avons intégré le département de la médecine douce de son laboratoire basé à Libreville afin de mettre en place plusieurs molécules naturelles trithérapies jouant plusieurs rôles majeurs dans le processus de guérison en infectiologie virale.

Toutes altérations des spermatozoïdes favorisant sa mauvaise qualité est pris en charge par le centre de recherche Psamgreen avec ses produits naturels diversifies.

L’azoospermie se définit comme l’absence totale et constante de spermatozoïdes retrouve dans l’éjaculât. Deux grandes étiologies sont distinguées : l’azoospermie obstructive (ou excrétoire), environ 40% des cas et l’azoospermie non obstructive (ou sécrétoire) entre 55 et 60% des cas.

Diagnostic

Pour trouver solution à la fertilité masculine, l’examen le plus courant est le spermogramme. Qui consiste a recueillir un échantillon d’éjaculât et de l’examiner en laboratoire pour un contrôle sur la concentration et mobilité des spermatozoïdes.

Les taux de références de l’OMS pour un diagnostic :

  • Azoospermie : aucun spermatozoïdes dans l’éjaculât.
  • Oligospermie : moins de 15 millions/ml.
  • Asthenospermie: égal ou supérieures a 40% de spermatozoïdes mobiles (progressifs et non progressifs)
  • Cryptozoospermie : moins de 100.000 spermatozoïdes/ml.

On considère que l’azoospermie est responsable d’entre 10 et 15% des cas de stérilité masculine, la présence de teratozoospermie ou l’oligospermie peuvent conduire a l’asthenozoospermie qui est aussi responsable de près de 10% des cas de stérilité masculine.

Il est aussi utile de déterminer les taux d’hormones FSH. Celle si est produite par le cerveau et est responsable de la formation des spermatozoïdes dans les testicules.

Causes

L’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculât est du a deux causes :

  • Azoospermie sécrétoire ou non obstructive : les testicules ne sont pas capables de produire les spermatozoïdes.
  • Azoospermie obstructive : les spermatozoïdes sont présent, mais ne peuvent pas êtres expulses pendant l’éjaculât.

Pour plus d’informations sur le type d’azoospermie, il est nécessaire de réaliser une biopsie testiculaire, qui consiste q obtenir un petit fragment de chaque testicule et a analyser la présence ou non des spermatozoïdes, il sera plus facile de distinguer une azoospermie obstructive d’une sécrétoire.

Les principales causes de l’azoospermie sécrétoire :

  • Les problèmes testiculaires
  • Expositions a des substances toxiques
  • Troubles génétiques
  • Troubles hormonaux etc.

Les causes les plus communes de l’azoospermie obstructive :

  • Absence de conduits déférents (depuis la naissance, ou âpres une intervention chirurgicale).
  • Inflammations ou traumatismes du testicule, conduit déférent ou prostate

 

TROUBLES DE LA SEXUALITE MASCULINE

Avec nos produits purement naturels, corriger vos troubles sexuels en moins de 6 semaines afin d’atteindre l’orgasme âpres sa partenaire.

Troubles de la libido

La libido, qui est une forme de pulsion sexuelle, de la capacité génitale et de la fécondité.

On constate par exemple, qu’il y’a des hommes qui se sentent attires par les femmes, mais qui sont dans l’incapacité de réaliser un acte sexuel (incapacité génitale, impuissance).

Une libido en baisse peut être associée avec une capacité génitale normale, au contraire, une libido et une capacité génitale normales peuvent coïncider avec un manque de capacité reproductrice.

L’impuissance (éjaculation précoce, anorgasmie, etc.)

L’impuissance est définit comme étant l’incapacité, pour l’homme de réaliser le coït. L’impuissance, passagère ou permanente, touche un pourcentage élevé d’hommes.

Malgré tous les mythes, la force physique et les signes extérieurs de virilités n’ont aucun rapport avec la puissance sexuelle.

Impuissance en hausse

L’impuissance d’origine psychique est très répandue, et d’après ce que révèlent de nombreuses études, ils sembleraient que dans les pays développés, elle ne cesse d’augmenter. Il est vrai que déterminer le pourcentage réel d’impuissants comme celui des femmes frigides est une taches fort difficile ; car même dans notre société qui se qualifie elle-même de société sexuellement libérée et libérale, rares sont ceux qui se prononcent sincèrement sur leur véritable capacité érotique.

Malgré tout, il serait intéressant d’observer les statistiques publiées a ce sujet. Selon les données, l’impuissance présente l’incidence suivante :

  • A 20 ans : 30%
  • A 30 ans : 45%
  • A 40 ans : 57%
  • A 50 ans : 63%
  • A 60 ans : 68%
  • A 80 ans : 95%

Selon certains docteurs, le pourcentage d’impuissants est le suivant :

  • 75% des hommes ages de plus de 50 ans et
  • 80% des hommes ages de plus de 60 ans

D’après le Dr Danillo Malgro, urologue de profession, actuellement, l’impuissance représente  la troisième ou la quatrième cause de consultation en urologie.

Dans une enquête menée par Dr Malgro et ses collaborateurs, a la question <<L’impuissance se définit comme l’absence d’érection ou d’éjaculation. Êtes-vous ou avez-vous été impuissant? >> :

  • 87,5% ont repondu negativement
  • 7,8% n’ont pas repondu ou ont declare ne pas le savoir,
  • 4,7% ont repondu affirmativement.

Causes d’impuissance

Plusieurs facteurs extérieurs ou situationnels sont à l’ origine des troubles de l’érection:

  • La fatigue due à la tension et au stress,
  • Consommation d’alcool, de tabac ou d’autres,
  • Les comportements sexuels anormaux dans un couple,
  • L’inhibition sexuelle de la campagne,
  • Certains médicaments,
  • Dans 20% des cas, troubles organiques (hormonale ou neurologique)

Types d’impuissance

Un homme impuissant est celui qui souffre d’une absence d’érection face a des stimuli érotiques ; mais on considère aussi comme impuissant un homme dont l’érection est insuffisante ou qui n’arrive pas a la maintenir au moment de la pénétration.

On distingue;

  • L’impuissance primaire, lorsque l’homme n’a jamais obtenu d’érection complète ou n’a jamais pu la maintenir le temps nécessaire ;
  • L’impuissance secondaire, lorsqu’elle se présente après une phase d’activité sexuelle plus ou moins normales.
  • L’impuissance éjaculatoire (très peu fréquent), lorsque l’éjaculation du liquide séminal ne se produit pas, malgré une érection suffisante.

 

Troubles de l’érection et de l’éjaculation

Certaines perturbations de l’érection et de l’éjaculation peuvent être classées dans les divers types d’impuissance.

Les diverses causes psychiques et physiques pouvant affecter le fonctionnement de l’érection sont:

  • La diminution de la libido;
  • Les intoxications: alcool, drogues, etc.
  • Diverses lésions du système nerveux : paralysie, paraplégie, inflammations,
  • Quelques cas de diabète, de gouttes

Les principales perturbations de l’érection sont les suivantes :

  • L’érection insuffisante, le pénis n’atteint pas un degré suffisant de consistance afin de pénétrer l’orifice du vaginal.
  • L’érection instable, lorsqu’elle ne se maintient pas durant l’acte sexuel, se présente peut être dans le prélude, mais tombe au moment de la pénétration,
  • L’érection capricieuse est celle qui n’apparait pas, indépendamment de la volonté de l’individu,
  • L’érection douloureuse peut se présenter lorsque l’homme souffre d’urétrite ou d’autres infections génitales

Causes et types de troubles de l’éjaculation :

Nous distinguons plusieurs perturbations de l’éjaculation :

  • L’éjaculation prématurée. Elle se produit avant même l’intromission du pénis.
  • L’éjaculation précoce. C’est celle qui se produit âpres la pénétration, mais avant trente secondes.
  • L’éjaculation tardive. Elle se traduit différemment du précédent ; l’éjaculation ne se présente pas ou ne se produit pas. Dans ce cas il peut y avoir ou non d’orgasme normale ou faible, parfois douloureuses.
  • L’éjaculation rétrogradé, le liquide séminal est refoule a l’intérieur de la vessie. Elle est due a une défaillance des sphincters de la vessie.
  • L’éjaculation sans érection, etc.

 

Solutions thérapeutique de l’impuissance

Il faudra découvrir les motifs qui déclenchent l’impossibilité d’avoir des rapports sexuels normaux, afin d’y apporter les solutions les plus adéquates. S’il est vrai que ces troubles d’origine nettement psychologique peuvent disparaitre avec le temps ou avec un changement heureux dans la vie d’une personne, il y’a des méthodes qui peuvent améliorer, même guérir les signes pathologiques. Si la solution de l’impuissance ne relève ni de la médecine conventionnelle ni de la chirurgie, n’étant  pas la conséquence d’une maladie purement somatique, il se peut qu’il soit indispensable de recourir a un traitement sexologique dirige par des psychothérapeutes spécialises, qui soit applique a l’individu ou au couple. Il existe diverses thérapies provenant de la psychologie du comportement qui, parallèlement aux solutions proposées  pour les troubles de la sexualité féminine essaient de rétablir graduellement la fonction sexuelle altérée par divers conditionnements.

Réalisme et acceptation

D’abord, l’impuissance devra accepter durant quelques temps, d’être conseille par ceux qui le traitent et accepter les soins de sa partenaire, en suivant fidèlement les instructions reçues.

Sans elle, on ne peut pas faire grand-chose,

Collaboration de la campagne est fondamentale, pour ne pas dire décisive. La femme doit être disposée à renoncer a elle-même, a son propre plaisir pour ne penser qu’a celui de son compagnon, tant que dure le traitement.  Son rôle principal consiste a réduire la tension et l’anxiété de son époux, en évitant a tout prix de censurer directement ou indirectement, son faible niveau de réussite, et a attendre patiemment une solution.

Dans ces processus d’éducation ou de rééducation sexuelle, que le trouble touche l’homme ou la femme ; le meilleur stimulant est de se montrer positif. Toute réussite, tout progrès, aussi insignifiant qu’il soit, doit être applaudi.

Une gamme d’éloge est toujours plus stimulante qu’un tas de reproches